Kasbah Ait Ouzza, Boumalne Dadès

Roger Mimó :

In English   En español   En català.

LA ROUTE DES MILLE KASBAHS

Site de l'Hôtel Tomboctou

Étape 5 : de Tinejdad à Erfoud et Rissani

Plusieurs ksour accompagnent la route de Tinejdad à Erfoud. Entre eux, Touroug a été restauré par le Ministère de l'Habitat et Achouria par une association locale avec l'aide du Programme Oasis du Sud. Cette dernière restauration est d'une haute qualité, bien que l'ensemble a perdu beaucoup de charme avec la construction d'une immense mosquée en béton à la place de l'ancienne mosquée en terre.

Au nord d'Erfoud, dans l'oasis de Tizimi, une route à gauche conduit au ksar Jrana (31º 27,048' N - 4º 14,000' W), qui a aussi bénéficié dernièrement d'un plan de réhabilitation. Aux autres ksour de cette palmeraie on y arrive par plusieurs pistes depuis la route de Jorf et la route d'Errachidia.

Encore un peu plus au nord se trouve le plus grand ensemble architectural de toute la région : Maadid (31º 27' 987 N 4º 12' 922 W). Il comprend quatre ksour collés entre eux et son architecture offre un intérêt très élevé. Pour cette raison il est visité fréquemment par les touristes. En 1968, Maadid fut objet d'un plan d'amélioration des conditions de vie de ses habitants financé par la FAO, grâce auquel il continue d'être totalement habité. Malheureusement la superbe entrée a été refaite en béton.

Ksar Jrana près d'Erfoud, au sud du Maroc.
Rue centrale du ksar Jrana
Ksar Maadid près d'Erfoud, au sud du Maroc.
Porte principale de Maadid, 2009
Ksar Maadid près d'Erfoud, au sud du Maroc.
Entrée monumentale du ksar en 2009

Le Ziz, entre Erfoud et Errachidia

Carte de la vallée du Ziz entre Errachidia et Erfoud au sud du Maroc.

Au nord de Maadid, la palmeraie laisse la place à un paysage aride, avec même quelques petites dunes. Une fois passées ces étendues arides, nous prenons la première déviation à gauche. Tout de suite nous voyons le ksar Bathatha (31º 36' 923 N - 4º 13' 113 W), fort pittoresque avec ses deux portes monumentales successives. En suite, la Zaouïa Jdida (31º 36,982' N - 4º 13,574' W), toujours habitée, est dans un bon état de conservation et ses rues pavées offrent un aspect serein et mystérieux.

En suivant la même petite route on arrive à El Maârka (31º 38,274' N - 4º 12,892' W), un ancien palais de Moulay Ismail dont il reste une porte fastueuse, décorée dans un style citadin, avec profusion de mosaïques et de plâtre sculpté. Mais l'intérieur de l'enceinte est en ruine.

Porte du ksar El Maarka près d'Erfoud, sud du Maroc.
Porte du ksar El Maârka

Avant de ressortir à la route nationale, on passe encore à Zrigat, un groupement de ksour qui furent très importants autrefois, mais qui ont souffert des inondations, puis au ksar El Gara, (31º 42,466' N - 4º 11,774' W) de double muraille et plan carré très régulier.

De retour à la route principale, les ksour se succèdent l'un après l'autre, encore habités et pleins d'activité : Oulad Cheker (31º 46,413' N - 4º 13,256' W), Ait El Khelef, etc... Un peu plus tard, au fond du canyon, on distingue la Zaouïa Amelkis (31º 48' 624 N - 4º 16' 117 W).

Ksar Oulad Cheker dans la vallée du Ziz, sud du Maroc.
Le ksar Oulad Cheker

On arrive ensuite à Meski (31º 51,307’ N - 4º 17,358’ W), juché au sommet d'une falaise. La vue est splendide, mais le ksar est en ruine. Non loin, il y a une source naturelle transformée en piscine et entourée de palmiers verdoyants.

Errachidia est une ville moderne sans intérêt, mais elle est située en pleine oasis de Mdaghra, qui comprend rien moins que 37 ksour, accessibles par différentes pistes et routes. Malheureusement, un grand nombre de ces ksour ont été détruits par les successives inondations.

Dans le périmètre urbain d'Errachidia nous devons signaler le ksar Targa, qui a été objet d'un plan de réhabilitation et reste complètement habité. Il comprend deux quartiers, l'un protégé par une double muraille, dans lequel vivaient les Chorfa, et l'autre qui l'entoure, occupé à l'origine par les laboureurs de peau foncée qui travaillaient la terre appartenant aux premiers.

La haute vallée du Ziz

En sortant d'Errachidia vers le nord par la piste qui naît près du ksar Targa, on arrive à Ksar Souk, composé en fait par quatre ksour, après avoir passé à côté d'autres villages fortifiés. Ksar Souk avait autrefois une grande activité commerciale et donnait son nom à tout le district. Une bonne partie de ses habitants étaient des Juifs.

Carte de la haute vallée du Ziz, sud du Maroc.

L'ancienne route qui parcourt la rive gauche du Ziz permet aussi de visiter beaucoup d'autres ksour de Mdagra et de rejoindre ensuite la nationale.

Celle-ci nous conduit vers les gorges du Ziz par un beau paysage, qui commence avec le barrage Hassan Eddakhil et suit avec la palmeraie verdoyante d'El Khenk, enfermée entre des murs de roche.

Dans cette oasis on voit trois groupes de ksour d'une grande importance historique et assez pittoresques, même si leur taille est réduite : Ait Atmane (32º 04,782' N - 4º 23,163' W), Ifri (32º 07,515’ N - 4º 21,954’ W) et Tamarkecht (32º 08,252’ N - 4º 21,780’ W).

Au delà des gorges du Ziz, la vallée s'ouvre et, même si on rencontre encore quelques ksour, leur intérêt diminue peu à peu parce qu'ils sont chaque fois plus petits, et la plupart sont en ruine.

Ksar Ifri dans la vallée du Ziz, sud du Maroc.
Le ksar Ifri

Le Tafilalet

Carte du Tafilalet, Erfoud et Rissani, au sud du Maroc.

Au sud d'Erfoud commence une des plus grandes oasis de toute la région et l'une des plus connues : le Tafilalet

Elle est célèbre car, tout au long de l'Histoire, elle était une importante étape pour les caravanes qui reliaient Fès à l'Afrique Noire et un centre commercial de tout premier ordre. On voit encore les ruines de la grande ville qui fut Sijilmassa (31º 17,111’ N 4º 16,550’ W) du VIIIe au XIVe siècles.

La palmeraie se trouve dans un état pitoyable à cause de la sécheresse, mais du point de vue architectural la richesse du Tafilalet reste considérable.

On y compte une cinquantaine de ksour encore habités et une demi douzaine d'anciens palais bâtis par les Alaouites, dynastie surgie elle même de cette oasis au XVIIe siècle. Parmi ces palais, on doit mentionner El Fida, Oulad Abdelhalim et Abbar.

El Fida (31º 18,483' N - 4º 15,048' W) a été restauré par l'État marocain et est ouvert au public. Il contenait un musée qui n'existe plus, mais le bâtiment peut être visité moyennant une pourboire pour le gardien. On y arrive depuis Rissani par la route de Mezguida.

Musée El Fida près de Rissani et Erfoud, au sud du Maroc.
Palais El Fida : patio central
Musée El Fida près de Rissani et Erfoud, au sud du Maroc.
Palais El Fida : le hammam
Mosquée d'Abbar près de Rissani et Erfoud, au sud du Maroc.
Portail de la mosquée d'Abbar

Abbar (31º 16,666' N - 4º 15,094') n'est plus qu'un amas de ruines, où on distingue quelques portails curieusement intacts, présentant un magnifique décor de style citadin. On y arrive à pied par un sentier vers le sud depuis le mausolée de Moulay Ali Chérif.

Oulad Abdelhalim (31º 16,209' N - 4º 14,510' W) est en cours de restauration mais on peut le visiter aussi. Pendant longtemps, ce fut la résidence du représentant du sultan dans l'oasis. Il comprend un quartier où habitaient les esclaves et un autre pour les Chorfa, en plus du palais lui-même. La dernière reconstruction est datée par une inscription en 1846, mais son origine est du XIVème siècle.

Un peu plus à l'est, de l'autre côté de la route qui mène à Oulad Abdelhalim, on découvre les restes du ksar Tighmert (31º 16,821' N 4º 14,736' W), qui appartenait également au sultan et qui fut détruit en 1919 au cours d'une terrible bataille entre l'armée française et les résistants Ait Ata. Un autre palais, appelé Dar Beida (31º 17,605' N 4º 13,399' W), fut bâti au XVIIIème siècle par ordre de Sidi Mohamed Ben Abdellah et est lui aussi dans un état pitoyable.

Ksar Tighmert près de Rissani et Erfoud, au sud du Maroc.
Ruines du ksar Tighmert
Ksar Oulad Abdelhalim près de Rissani et Erfoud, au sud du Maroc.
Ksar Oulad Abdelhalim, 2009

Quant aux ksour habités par la population locale, ils sont éparpillés dans toute la palmeraie ; on peut accéder à nombre d'entre eux par le "circuit touristique" qui naît près du mausolée de Moulay Ali Cherif et aussi à partir de la route de Mezguida.

Mentionnons le ksar Mezguida (31º 19,454' N - 4º 15,451' W) pour sa valeur architecturale, le ksar Tabouassamt (31º 14,386' N - 4º 16,455' W) pour son importance historique, le ksar Ouighlane (31º 15,576' N - 4º 17,193' W) pour sa grande taille et parce qu'il est encore complètement habité, le ksar Serghine (31º 15,441' N - 4º 13,255' W) par de ses ruelles absolument obscures et enfin le ksar Tingheras (31º 13,359' N 4º 18,193' W) juché sur une colline d'où l'on découvre toute l'oasis.

Ksar Tingheras près de Rissani, sud deu Maroc.
Ksar Tingheras

Au Tafilalet il y a aussi plusieurs ksour où l'on travaille la poterie, comme Guelagla (31º 19,929' N - 4º 18,339' W), Charfat Bahaj (31º 14,304' N 4º 17,495' W) et Moulay Abdelah Dkak (31º 17,259' N 4º 17,149' W).

Enfin, à l'intérieur de Rissani se trouve le ksar Abou Am (31º 16,916' N 4º 16,147' W), restauré et totalement habité. Son portail présente un certain style urbain, comme dans beaucoup d'autres ksour du Tafilalet qui, par le biais des caravanes, ont subi l'influence de Fès. Ce ksar est l'un des plus visités par les touristes.

Ksar Abou Am à rissani, sud du Maroc.
Portail du ksar Abou Am

Une centaine de mètres au nord d'Abou Am, on voit la kasbah du 13ème ou 14ème siècle qui donna son nom à la ville actuelle. En fait de "kasbah", c'est en réalité un fort construit par le sultan en zone rurale, et cette construction n'a aucun rapport avec les kasbahs que nous avons vues au long de notre voyage. Une partie de cette kasbah de Rissani (31º 17,074’ N - 4º 16,121’ W) est occupée aujourd'hui par un petit musée où sont exposés les objets trouvés dans les feuilles de Sijilmassa (accès libre).

Enfants dans la région de Rissani

De Rissani on peut continuer par la route goudronnée jusqu'à Merzouga pour voir le désert et les dunes de l'Erg Chebbi. Mais là, pas de construction en pisé, car les habitants étaient des nomades qui habitaient dans les khaimas.


Contact avec l'auteur :
E-mail de Roger Mimó.

© Roger Mimó. Version française : Marc Belin, http://laplumetloeil.free.fr

La route des mille kasbahs, étape 5. La route des mille kasbahs : liste des étapes. La route des mille kasbahs, étape 7.

Biographie de Roger Mimó Qu'est-ce qu'une kasbah? Loger dans une ancienne kasbah en terre. Kasbahs en vente au sud du Maroc. Livres de Roger Mimó.
Circuits dans la route des mille kasbahs. Les montagnes du Maroc. Inventaire de kasbahs et ksour. Tinghir et la vallée du Todra Le voyage d'Ali Bey.