Tinghir et la vallée du Todra.

Page d'entrée.   Comment arriver à Tinghir : aéroports, routes et transports publiques.  Liste d'articles sur Tinghir et la vallée du Todra.  Cartes et plans de Tinghir et de la vallée du Todra.  Galerie d'images de Tinerhir et ses environs.  Galerie d'images de la vallée du Todra. 

La kasbah du Glaoui à Tinghir

Kasbah du Glaoui à Tinghir en 1919.
La kasbah du Glaoui en 1919, avec le ksar Tasga au fond

Perchée sur la colline d’Ighir n’Mehalt, près du ksar Tasga et non loin du ksar Tinghir, la kasbah du Glaoui surveille la ville et la palmeraie du Todra. Elle est le symbole d’une époque révolue mais encore récente.

Texte seul de l'article, pour imprimer

In Deutsch  In English.  En español.

Kasbah ancienne et la kasbah nouvelle du Glaoui à Tinghir en 1950.
La kasbah en 1950

La kasbah ancienne du Glaoui à Tinghir.
La kasbah ancienne, aujourd'hui

La kasbah nouvelle du Glaoui à Tineghir.
La kasbah nouvelle, aujourd'hui

Kasbah ancienne du Glaoui à Tinerhir.
Détail de la kasbah ancienne

La kasbah nouvelle du Glaoui à Tinerhir.
La kasbah nouvelle, vue d'en bas

Connue par les habitants de Tinghir sous le nom de Taglaouit, la kasbah du Glaoui couvre une superficie de sept mille mètres carrés et se compose de deux bâtiments principaux. Le premier, qu’on appelle « la kasbah ancienne », fut construit en janvier 1919 suite à la soumission d’un grand nombre de ksour des Aït Todra à la harka de Thami El Glaoui. L’emplacement choisi fut la colline d’Ighil n’Mehalt où campait l’armée du sultan chaque fois qu’elle arrivait dans la région.

Pour sa construction, la plupart des hommes des ksour soumis furent forcés de venir y travailler, sans salaires, ce qui permit d’avancer très vite.

Une fois sa kasbah achevée (photo tout en haut de la page), le Glaoui partit vers Ouarzazate avec ses hommes, en y laissant un khalifa (ou représentant) et une petite garnison. Une année plus tard, la zone fut attaquée par les Aït Atta du Tafilalet et les Aït Merghad de Ferkla sous le commandement de Ba Ali. La harka du Glaoui dut revenir pour plusieurs mois de combats. A son départ, un nouveau khalifa très énergique fut installé, Said Ou Laid Ou Tifnout, qui tint tête aux rebelles pendant sept années.

Mais en 1927 éclata une nouvelle rébellion entre les Aït Atta du bas Todra et la kasbah fut assiégée pendant longtemps. Cette rébellion ne fut écrasée qu’à l’arrivée de l’armée française en 1930. Un deuxième bâtiment appelé « la kasbah nouvelle » fut alors construit un peu plus bas, ainsi qu’une caserne française.

Si la kasbah ancienne présentait un plan très militaire et austère, puisqu’elle était destinée à la défense, la nouvelle possédait un beau patio entouré de piliers et d’arcades et ses salons avaient les murs et plafonds revêtus de plâtre sculpté. Adaptée à la dénivellation du sol, elle était plus grande à l’étage qu’au rez-de-chaussée. Les quatre tours classiques n’existaient pas aux angles, mais seulement sur la terrasse, et une cinquième tour au milieu du mur sud permettait la création à l’intérieur d’un espace ludique comme ceux des palais citadins, où placer les musiciens.

En plus des deux grands bâtiments résidentiels, l’ensemble entouré d’une muraille comprenait aussi un grand nombre de dépendances, comme un corps de garde, deux grands espaces ouverts destinés aux exercices militaires et aux fêtes, des logements pour les hôtes, des écuries, des cuisines et des greniers. Un puits très profond fournissait l’eau nécessaire.

La kasbah fut utilisée jusqu’à l’indépendance du Maroc en 1956. Puis, avec le décès de Thami El Glaoui et la perte du pouvoir de sa famille, elle fut abandonnée comme une trentaine d’autres kasbah réparties dans tout le sud marocain. La kasbah du Glaoui souffrit alors de la vengeance de ceux qui avaient été réprimés et exploités par leur maître et qui avaient dû travailler sans rémunération pour la construire. Tous les matériaux réutilisables, comme les poutres, les portes et les fenêtres furent enlevés et le feu en réduisit en cendres une partie.

Quatre décennies plus tard, l’ensemble fut acheté par l’investisseur Mohamed Choukrani avec l’idée de le restaurer et de l’ouvrir au tourisme, mais cet achat fut contesté par une partie des habitants de Tinghir. A ce jour, ce projet est resté sans suite et la kasbah du Glaoui est dans un état de ruine avancé.

Hôtel Tomboctou, patrocinador de este Web

Page d'entrée.   Comment arriver à Tinghir : aéroports, routes et transports publiques.  Liste d'articles sur Tinghir et la vallée du Todra.  Cartes et plans de Tinghir et de la vallée du Todra.  Galerie d'images de Tinerhir et ses environs.  Galerie d'images de la vallée du Todra. 

Contact avec l'auteur : E-mail de Roger Mimó.

Copyright © Roger Mimó. Version française : Marc Belin, http://laplumetloeil.free.fr